Aurore Bergé, à seulement 37 ans, a un long parcours politique derrière elle. Passée par l’UMP à 16 ans, elle a milité au syndicat étudiant d’extrême droite, l’UNI, a soutenu François Fillon, puis Nicolas Sarkozy, avant de rallier Les Républicains (LR) puis la République en marche d’Emmanuel Macron. On attend la suite avec envie !

Elle a de grandes ambitions, dont celle d’être ministre. Elle a connu plusieurs déceptions, mais a finalement eu gain de cause en juin 2023 en obtenant le maroquin des Solidarités et des familles, où elle n’a pas tardé à démontrer son ‘’talent’’.

Alors que le gouvernement a mis en place une commission scientifique pour réfléchir au problème de la restauration de l’autorité parentale, coprésidée par le psychiatre Serge Hefez et Hélène Roques, consultante, spécialiste des questions de jeunesse, la petite ministre dévoile dans La Tribune dimanche son plan pour responsabiliser les parents d’enfants délinquants. Aurore Bergé annonce donc la mise en place de travaux d’intérêt général pour les parents défaillants.

Cette sortie lui a valu une réaction vive de Serge Hefez, déclarant à Franceinfo que la commission fera des propositions concrètes dans six mois seulement ; celle-ci étant composée de 25 personnes « animées par le désir de faire des propositions qui vont aller dans le sens du soutien et de l’aide aux familles en difficulté plutôt que dans ce qu’on entend dans ses premières annonces (d’Aurore Bergé), qui va plutôt dans le sens de surveiller et punir. »

A la question « La proposition de travaux d’intérêt général pour les parents défaillants n’est pas l’alpha et l’oméga de votre démarche ? », Serge Hefez prend cruellement le contrepied de la ministre : « Non, sauf si on peut élargir cette notion peut-être à des systèmes d’information qui aident les parents à restaurer les processus d’autorité. Je travaille depuis l’aube de ma carrière avec les familles sur la thérapie familiale. J’ai l’habitude d’être confronté à des familles qui sont en difficulté. Des parents qui, pour des tas de raisons, n’arrivent plus à encadrer leur famille. Ça fait plusieurs années que je suis confronté également à des jeunes qui sont dans la radicalisation islamiste, des choses assez graves et assez sévères. J’ai pu constater qu’en faisant un travail auprès des familles de ces jeunes qui sont souvent dépassés, qui ne comprennent pas ce qui se passe, on arrive très nettement à améliorer la situation. »

Pan sur le bec d’Aurore Bergé, comme dirait le Canard enchaîné !