Le bilan des guerres est toujours le même, une insupportable boucherie qui n’a jamais résolu les problèmes. Ce qui se passe à Gaza est insoutenable ; le Hamas a tué des innocents et l’armée de Benyamin Netanyahu tue des civils palestiniens.

Les messianistes et leur gouvernement d’extrême droite estiment pouvoir établir le Grand Israël sur les décombres de la bande de Gaza et dans les colonies de Cisjordanie ; ils ne feront qu’exacerber les Palestiniens en les jetant dans les bras des fous d’Allah.

En attendant, à Gaza comme en Israël, les populations comptent les victimes.

Le laboratoire de preuves d’Amnesty International recueille des éléments sur les atrocités et il vient de publier des informations sur deux cas « où des frappes israéliennes ont tués 46 civils, dont 20 enfants. La victime la plus âgée était une femme de 80 ans et la plus jeune un bébé de trois mois ». Il s’agit de deux attaques qui ont eu lieu les 19 et 20 octobre visant, un édifice religieux (où des centaines de Palestiniens s’étaient réfugiés) et une maison du camp de réfugiés de Nuseirat, dans le centre de la bande de Gaza.

Photos d’impacts, témoignages, images satellites, documents audiovisuels, déclarations de l’armée israélienne ont permis de conclure à des frappes illégales et à des crimes de guerre : « Les recherches d’Amnesty International n’ont pas livré d’éléments indiquant que les bâtiments touchés pouvaient être considérés comme des objectifs militaires ou qu’ils étaient utilisés par des combattants », précise l’organisation. Avant de rappeler qu’elle appelle à un cessez-le-feu immédiat et durable, Amnesty relate que « depuis, nous avons également recueilli des preuves que des munitions fabriquées aux Etats-Unis ont tué au moins 43 personnes lors de deux frappes aériennes illégales menées par Israël contre des habitations où se trouvaient des civils ».Il est temps de stopper les bellicistes des deux camps et d’appliquer les résolutions de l’ONU, en reconnaissant le droit des peuples à vivre dans la paix. En relisant Jacques Prévert et son célèbre poème, Barbara.