Donald Trump inculpé de complot à l’encontre de l’Etat américain, entrave à une procédure officielle et atteinte aux droits électoraux.

Armado Pereira, associé de Patrick Drahi, arrêté au Portugal pour onze délits financiers.

Vladimir Poutine bombarde les infrastructures portuaires où sont entreposées les céréales ukrainiennes sur le Danube.

Emmanuel Macron fait évacuer les ressortissants français du Niger, devenus indésirables après le putsch des militaires.

Geoffroy Lejeune a pris ses fonctions de directeur d’une rédaction du Journal du dimanche (JDD) vide après la longue grève des personnels et notamment des journalistes, dépités et vaincus.

Elisabeth Borne a envoyé un document de cadrage aux syndicats et au patronat verrouillant les négociations au sujet du régime de l’assurance-chômage.

Les médias s’inquiètent du ‘’jour du dépassement’’, l’humanité ayant épuisé en ce 2 août l’ensemble des ressources naturelles reconstituables en un an.

Le monde est fou. De plus en plus fou. Inégalitaire et corrompu. Vacillant et inquiétant.

Et Emmanuel Macron est en vacances à Brégançon, muet devant cette faillite du capitalisme.

Le Monde publie une tribune d’Alain Genestar, ancien directeur de la rédaction du JDD et de Paris Match dans laquelle il rapporte qu’un ami lui avait dit : « On ne gagne jamais contre le capitalisme. »

Pourquoi pas ? Avec Bertolt Brecht, je relève le défi car « Quand ceux qui luttent contre l’injustice sont vaincus / L’injustice passera-t-elle pour justice ? / Nos défaites, voyez-vous, / Ne prouvent rien, sinon / Que nous sommes trop peu nombreux / À lutter contre l’infamie, / Et nous attendons de ceux qui regardent / Qu’ils éprouvent au moins quelque honte. »

Et rejoignent la mobilisation citoyenne.